Titre de votre blog

J'ai mal à mon Québec 

 

J'AI MAL A MON QUEBEC 

J'ai mal à mon Québec, 

parce cette nation unique, ce peuple distinct que nous formons va peu à peu s'éteindre pour complètement disparaître si nous n'arrivons pas à nous entendre sur la façon dont nous allons faire l'indépendance.  

J'ai mal à mon Québec, 

parce que trop de québécois n'ont pas encore compris que la seule façon de  préserver notre nation distincte, notre langue, notre patrimoine ainsi que nos richesses naturelles et humaines, c'est de se gouverner soi-même selon nos propres valeurs et nos propres lois. Tant que ce message ne sera pas compris et saisi dans toute son ampleur, la nation québécoise va disparaître en laissant derrière elle son passé et son identité distinctive à tout jamais dans la honte et le mépris que son inertie aura engendré pour ses descendants. 

J'ai mal à mon Québec, 

parce que le français, notre langue première, est en grand danger. C'est de plus en plus difficile de vivre en français. On assiste au déclin de civilisation française au Québec sans riposter.  L’objectif poursuivi par la loi 101, soit de faire du français la langue commune de l’ensemble des Québécoises et des Québécois dans l’espace public, n’est pas atteint. Et pire, on s’en éloigne chaque jour davantage, surtout à Montréal.  Il faut que les Québécois comprennent pourquoi ils doivent résister à l’anglicisation qu’on cherche à nous vendre au nom de la mondialisation et de l’ouverture à l’autre. Ce qui ne veut pas dire d'apprendre à parler l'anglais et pourqoui pas  3 ou 4 langues. Il faut cesser de confondre bilinguisme individuel et institutionnel. Ce qui veut que ce n'est pas la langue anglaise qui est en danger mais le français! 

J'ai mal à mon Québec, 

parce que l'indépendance fait encore peur. Parcequ'il y a encore des québécois qui croient dur comme le fer que de séparer le Québec du Canada va nous plonger dans une crise sans pareille.  En réalité, c'est le Canada qui a plus besoin de nous  que le contraire. Nous sommes subordonnés à une autre nation qui désert ses intérêts avant les nôtres, qui décide avant tout ce qui est bon pour elle et ce, au détriment de ce qui est bon pour nous. Le Québec ne possède pas les leviers politiques nécessaires à la survie du peuple québécois. 

J'ai mal à mon Québec, 

parce que j'entends encore prédire des FAUX scénarios d'horreur, d'épouvantails à moineaux  si le Québec devient un pays : perte de notre retraite, chaos politique, instabilité économique,  racisme, repli sur soi, xénophobie, anglophobie... Et de constater que ce DISCOURS classique de PEUR face à la souveraineté sera réutilisé  jusqu'au mois d'octobre prochain par Couillard et cie qui jubilent  en entrainant tous les peureux, les moutons  qui ne comprennent pas que c'est justement l'indépendance qui va les enrichir et non l'inverse. "Il faut cessé d'avoir peur et de plus être subordonné à une autre nation, et plutôt se donner les outils de développement qui en ce moment sont entre les mains d'une autre nation qui ,on le voit  souvent, privilégie ses propres intérêts à nos dépends comme le soulignait J-M Aussant. 

J'ai mal à mon Québec, 

parce que trop de québécois ne savent pas et refusent de voir quels sont les véritables enjeux de l'indépendance. Les québécois doivent prendre connaissance et comprendre  tous les avantages que la souveraineté va leur apporter dans leur vie. Parce que l'indépendance est le seul projet qui existe vraiment parmi tous ceux présentés pour redonner au Québec son élan, son économie et pour préserver son identité. C'est une question de survie. Après, il sera trop tard. 

J'ai mal à mon Québec, 

parce que je sais ce qu'on perd à force de ne pas exister sur le plan international . Le Canada parle au nom du Québec dans tous les dossiers internationaux : changements climatiques relations avec des régimes répressifs,  aide internationale...L’indépendance ouvrira les frontières là où les décisions importantes se prennent, en permettant au Québec de participer activement aux grands forums internationaux, de siéger à l’ONU et à Kyoto, et de jouer un rôle de premier plan dans la Francophonie. 

Et comme le Québec fait partie du grand marché nord-américain en raison du traité de libre-échange (ALENA). Il pourrait donc choisir librement tous ses partenaires commerciaux. 

J'ai mal à mon Québec, 

parce que je vois des québécois critiquer le PQ  injustement sans avoir pris connaissance de leur programme qui a été entièrement renouvellé.  Il faut  prendre la peine de le lire et de visionner les capsules sur les 51 raisons de faire la souveraineté avant de prendre une décision. 

https://pq.org/independance/ 

L'arrivée de Jean -Marc Aussant au PQ est une bonne nouvelle. Il n'est pas un sauveur mais un élément plus que prometteur dans ce parti qui devait se renouveller.  Il sera , par son mandat, en mesure d'exposer dans des termes  faciles à comprendre le résultat d'études sur la souveraineté  qui donnera  l'heure juste à tous les québécois qui doutent encore de la viabilité et nécessité de l'indépendance pour le Quebec. J'ai confiance en lui. Avec toutes les connaissances économiques et politiques qu'il possède, il peut contribuer à mener le Québec vers un avenir meilleur. 

M. Aussant est l'un de ces rares politicien qui a compris qu'il est plus que temps d'agir et d'unir nos forces pour sortir les affairistes du pouvoir :"Un principe demeure : que chaque formation politique établisse clairement sa raison d'être et l'assume face à l'électorat. Tous partis confondus. Ca s'appelle tout simplement être démocrate. Les gens retrouveront, alors, confiance en leurs élus." 

Moi aussi j'ai été déçue par certaines décisions du PQ mais ce n'est rien comparativement à ce que les Libéraux nous ont fait  vivre dans la passé et jusqu'à ce jour. Prenons juste comme exemple la détérioration du système de santé durant les 15 dernières années de règne libéral. Un fiasco. Depuis  que j'ai été touchée par la maladie, je peux en témoingner. Pas de médecins de famille, des heures d'attente impossibles aux urgences, des soins qui laissent à désirer. J'en aurais long à dire sur ce que j'ai enduré à cause d'un système complètement dysfonctionnel qui ne tient pas en compte de leur principale clientèle : des gens malades et bien souvent âgés et seuls face à la maladie dans un système monstrueusement déficient. 

Comment oublier la Commission Charbonneau ? Les libéraux sont corrompus. C'est un parti dont le fonds de commerce consiste depuis des décennies à maintenir le Québec sous une tutelle qui va à l'encontre des intérêts nationaux de sa majorité avec se petites enveloppes brunes... 

Mais là n'est pas la question... 

Ce n'est pas juste en critiquant le PL et les autres partis qu'on fera avancer le projet de la souveraineté mais en prenant connaissance des ses avantages dans tous les domaines possibles.  

 Je suis fière d'être québécoise  et je désire plus que jamais voir le Québec devenir un pays. Il faut mettre l'indépendance de l'avant et ne pas baisser les bras et croire qu'il n'y a plus rien à faire et que notre cause est perdue d'avance. C'est faux. Le vent peut tourner encore et la nouvelle génération se sent  de plus en plus concernée par le projet de la souveraineté. 

 Il est prioritaire de parler clairement de l'indépendance et de ce qu'il va changer dans la vie des québécois tout de suite. Ce n'est pas par la PEUR qu'on fait un pays mais en s'affirmant COLLECTIVEMENT.  C'est en gérant nos propres affaires qu'il est possible de prendre notre destinée en mains.